Accueil

François Bozizé face à son destin…

 « Le congrès vient de me désigner candidat du Kwa Na Kwa à la prochaine élection présidentielle (…). J’accepte solennellement la mission que vous me confiez », c’est par ces mots que le Président-Fondateur du KNK s’est exprimé après sa désignation comme candidat à l’élection présidentielle. Le KNK a fait ce qu’il fallait. Il n’y avait pas mieux. Les militants ne se sont pas fait prier. Ils ont fait leur choix, le meilleur.

Au terme de son deuxième congrès, le KNK a désigné François Bozizé comme candidat à l’élection présidentielle. A cinq mois des élections, tous les regards sont désormais tournés vers le Président-Fondateur du parti travailliste. François Bozizé, on le sait, mesure d’ores et déjà, les étapes qui lui restent à franchir. L’homme qui avait affirmé lors de sa première apparition en public que: « Rien ne m’empêche d’être candidat », est confiant et sûr de son fait. Bozizé est rentré en Paix au seul endroit où il se sent le plus à l’aise et en sécurité. L’élection présidentielle est la voie la plus démocratique qui soit, il souhaite que les choses se passent librement, dans la transparence. Ce n’est pas à lui qu’il revient de décider de la validation de sa candidature, mais à la Cour constitutionnelle. L’avenir de la paix dans le pays est en jeu. Ceux qui ont vu la mobilisation qui se fait autour de lui, se souviennent de ces nombreuses scènes de liesse générale où des militants de tous âges, laissent exploser leur joie parce que leur « champion », cet homme hors du commun, est revenu dans son pays. François Bozizé rassemble toutes les générations, il a beaucoup de finesse, il a tourné le dos au passé. Il est face à son destin !

Du vendredi 24 au samedi 25 juillet 2020, s’est tenu à Bangui au stade Omnisport, le deuxième congrès du « Kwa Na Kwa », le parti fondé par l’ancien président François Bozizé. Ce congrès qui a réuni de milliers de gens, était une étape décisive pour la reconquête du pouvoir.

Depuis le retour de l’ancien président François Bozizé, le KNK a rallumé ses lampions un peu partout dans le pays. Les militants longtemps séparés de leur Président-Fondateur, ont presque tous, repris espoir. Pour ces militants ragaillardis, le rêve d’un retour aux affaires est désormais possible. Tout s’est joué au cours de ces retrouvailles de deux jours où les militants ont décidé de la ré-dynamisation et de la restructuration des instances de leur parti. Le test de popularité, depuis le retour du président François Bozizé, est une réussite, partout l’écho qui revient, est favorable. Les Centrafricains, dans l’ensemble, se sentent proches de François Bozizé. Ils aiment son tempérament, Bozizé est sérieux, et beaucoup plus déterminé que jamais, depuis les douloureux événements que le pays a connus. La RCA a pris un gros coup de barre. Ce n’est pas un hasard, si tout le monde juge raisonnable de prendre un nouveau départ avec François Bozizé. Le pays va mal. La RCA est plongée dans une crise profonde qui se répercute dans tous les domaines de la vie active. Le Gouvernement actuel peine à y faire face. Or, les Centrafricains veulent sortir des vieux schémas, ils veulent faire bloc derrière une icône qui parait capable de taire les querelles. Le président Bozizé n’a jamais été autant d’actualité. Sa désignation à l’unanimité, comme candidat du KNK à la présidentielle, est un hommage à un homme qui a la maîtrise de la situation, un sage qui a tenu, malgré les épreuves.

Sept ans après son renversement, François Bozizé est beaucoup plus côté, tout le monde l’adore, tout le monde veut qu’il revienne au pouvoir.  Même ceux qui, hier l’ont combattu, reconnaissent enfin, avec le recul, que le pays a besoin de cette intensité qu’il lui donnait. François Bozizé est un phénomène intemporel. Ce qui se dessine depuis le deuxième congrès du KNK, est l’expression d’une sincérité. Celle de ces hommes et de ces femmes qui, pour l’idéal de la Nation centrafricaine, estiment qu’il faut revenir au bon élan. Il n y a aucun mal à cela. On ne peut pas faire l’impasse sur la situation du pays. La République Centrafricaine a besoin d’une remise en cause profonde de son exécutif et d’un projet comme celui de Bozizé qui convainc que le changement est possible.

Nous devons nous appesantir sur l’organisation des élections, rien n’est prêt, et éviter toute précipitation. Les élections doivent être bien organisées. Un report est nécessaire, s’il faut encore du temps pour tout ajuster. La Paix, n’a pas de prix. Le prix à l’heure actuelle, c’est l’organisation d »élections inclusives.

Valence Doudane    


Le président-fondateur du KNK, François Bozizé a été désigné samedi 25 juillet 2020, candidat du KNK à l’élection présidentielle d e décembre  prochain
 
%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close