Les opérations militaires en Centrafrique : Pourquoi la Russie refuse de s’en mêler ?

Le porte-parole du gouvernement aura raconté pis que pendre sur l’ex-président François Bozizé, la Russie, reste de marbre. Moscou ne veut pas se mouiller, le Kremlin tient à protéger sa réputation. Surtout, Vladimir Poutine, malgré le fait qu’il lorgne la Centrafrique, ne souhaite pas servir de parapluie à un président en fin de règne. Ainsi, Mikhaïl Bogdanov, son représentant personnel et vice-ministre des affaires étrangères n’est vraiment pas passé par quatre chemins, pour remettre les pendules à l’heure. Celui qui dément est passé à Bangui, en visite officielle, il a tour à tour rencontré, en mars 2019, Faustin Archange Touadera et le ministre des affaires étrangères, Sylvie Baîpo Témon. Mikhaïl Bogdanov s’était personnellement impliqué dans l’accord de Khartoum et la signature des accords de paix à Bangui. Il a aussi reçu dans son cabinet à Moscou, pas plus tard qu’en octobre 2020, le Premier ministre Firmin Ngrebada. C’est encore Bogdanov qui avait mené l’élargissement des relations russo-centrafricaines. Il avait déjà, à l’époque, on s’en souvient, soutenu comme Poutine, l’idée d’une solution africaine aux problème des africains. Et justement dans le cadre de l’avancée de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), on n’est bien dans un conflit centrafricano-centrafricain. Mais il y a les discours et il y a la réalité. Lorsqu’il y a péril en la demeure, pas de grandes et longues phrases, c’est la règle à Moscou, on coupe, court. Tout simplement. C’est d’ailleurs ce qu’a fait Mikhaïl Bogdanov au micro de RFI. Il a pris la réelle mesure du danger face à un chef d’Etat sur le départ. Le vase déborde, le Kremlin a dit niet ! Les Russes veulent être prudents. Leur engouement africain n’est pas guidé par les relations personnelles, mais plutôt et surtout par les intérêts. Il n’ y a pas d’amitié, avait dit Poutine. Ils mettent les distances. Touadera peut passer, les Soviets espèrent s’en tirer à bon compte. Alors dans la « Touaderade », on s’est dit, il fallait faire croire au peuple, et  à ceux qui veulent renverser le régime, que Moscou a envoyé des snipers.  Alors que Moscou pressent déjà que Faustin Archange Touadera aura beaucoup de mal à rempiler. Il n’est pas si populaire qu’il le prétend. Le diplomate en poste à Bangui a  fait remonter au Kremlin que le président sortant a d’ailleurs maille avec ses pairs de la sous-région. Et qu’ il est donc sur un siège éjectable. Touadera refuse toute concertation. Ce n’est pas un bon poulain. Par Valence Doudane

Vladimir Poutine aime dire les choses sans fard. La RCA est un pays sous embargo, un territoire très instable, marqué par une sanglante guerre civile, des groupes armés y occupent plus des deux tiers du pays. Trois des plus puissants d’entre eux, ont attaqué,récemment des axes routiers vitaux pour l’approvisionnement de la capitale, Moscou ne veut pas traîner la-dedans. La centaines » de soldats russes et les équipements lourds offerts dans le cadre d’un accord de coopération bilatérale,Moscou affirme qu’il n’en est rein. Les armes proviennent d’ailleurs, en tout cas, ce n’est pas la Russie officielle qui l’a donné. .                                                                           

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close