Chronique d’une victoire annoncée…

Depuis que François Bozizé a été désigné candidat à l’élection présidentielle, les diseurs de bonne aventure, se sont réveillés, groggy, de leur sommeil. Parce qu’un ancien président de la République veut montrer à ceux qui l’ont sous-estimé, « sa véritable force de frappe ». François Bozizé est un homme politique intelligent, intrépide et victorieux. Il affiche une sérénité incroyable. Il sait que l’heure de la reconquête du pouvoir approche. Il n’y a pas eu de manifestations hostiles à son retour, même si certains pieds nickelés, font feu de tout bois pour créer des malentendus. La réalité est là, visible. L’ancien président de la République fait toujours recette, il est d’ailleurs beaucoup plus d’actualité que par le passé. Cela, évidemment dérange ceux qui espéraient « grignoter » ses militants et profiter de son soutien. Nous ne devons pas perdre de vue, un problème majeur : l’insécurité. C’est un tout. On ne peut pas organiser les élections dans un contexte d’insécurité, nous parlons d’élections générales, qui s’étendent sur l’ensemble du territoire. Il ne faut pas relativiser l’ampleur du danger, nous vivons dans un pays où il devenu extrêmement difficile de se déplacer à l’intérieur du pays, à cause des groupes armés. Les équipes de l’ANE n’arrivent pas à se déployer. Alors que ce travail doit être fait, même s’il prendra beaucoup plus de temps. Il y a aujourd’hui, un réel sentiment d’abandon des populations, qui voient, comment l’on déroule le tapis aux rebelles qui sont responsables de leurs malheurs, alors qu’on cherche à exclure ceux de nos citoyens qui prônent la paix, comme François Bozizé. Et qui préfèrent les urnes à la place des armes. Les images de ces « seigneurs de guerre », reçus en grande pompe au Palais de la Renaissance et à la Primature, sont vécues comme une violence symbolique. N’en rajoutant pas. On veut saborder l’enthousiasme suscité par la désignation du président François Bozizé comme candidat à l’élection présidentielle par son parti, le KNK. Certains oublient que tout est possible dans la vie, on peut partir de très haut et tomber, maison on peut aussi partir de très bas et se hisser. Beaucoup de ceux qui avaient mis le président François Bozizé dans la catégorie des « bannis de la République », en sont aujourd’hui, à se tortiller l’esprit. Ils ont perdu le sommeil, ils ne comprennent pas ce qui leur arrive. Désormais, on le remarque, ils complotent pour le déstabiliser. Tantôt, ils nous sortent des « pythons de dix mètres », tantôt ils parlent de l’ouverture d’un procès contre le président François Bozizé. Mais bon sang, quel procès à quatre mois des élections! François Bozizé est est là depuis décembre, cela fait donc huit mois. Durant tout ce temps, il ne s’est rien passé, il tient des réunions publique, il parle au peuple, il a fait part de ses ambitions, et a il été désigné. Ne réveillons pas les vieilles rengaines. Le contexte du pays est déjà assez compliqué. Bozizé va retrouver le Palais , à la régulière. Nous sommes sûres d’une chose, l’aventure des « conteurs » qui entourent et « endorment » Touadera, va bientôt tourner court. Pendant quatre ans, le peuple n’a eu que du néant et du vent. On a attisé les peurs pour rien. François Bozizé veut redevenir président de la République, il sera le président de tous les Centrafricains, comme il l’a toujours été. De ces Centrafricains qui ont toujours vécu ensemble, dans la paix, l’unité et la cohésion nationale. On ne peut arrêter un mouvement aussi important que celui qui s’est formé autour de l’ancien président de la république. Un mouvement porté par les gens de toutes sortes, de tous milieux, des jeunes et des vieux. Un mouvement qui a su ramener à la raison, même les adversaires les plus hostiles. François Bozizé fera sa route, qu’il pleuve, ou qu’il vente. Il y en a qui ont trahi et qui regrettent d’avoir agi ainsi, parce qu’ils voulaient être dans l’air du temps, mais la plupart de ces militants, ont compris que le moment est venu de se rendre à l’évidence. Parce que le « maitre des lieux » est de retour. Parce que c’est l’heure, de redonner la paix à notre pays. Parce qu’à l’issue des élections qui pointent à l’horizon, les Centrafricains doivent gagner la paix et la sécurité. Faustin-Archange Touadera avait dit, en août 2015, que sa candidature était provisoire, il est devenu un président provisoire, grâce aux militants du KNK, il est donc un président provisoire qui, attend son successeur. 

Le président Bozizé saluant Faustin-Archange Touadera, alors Premier ministre, chef du Gouvernement, avant de rejoindre sa place dans la tribune officielle.
 

Depuis le 25 Juillet 2020, le peuple centrafricain est ivre de joie. Cette ivresse ne baissera pas, elle s’amplifiera, à tous ceux qui veulent que les choses changent enfin. Qui ont un rêve pour le mieux-vivre et le mieux-être. Et qui font bloc autour de François Bozizé, ce fils de la Nation, ce grand tribun. Le président François Bozizé est une bête de scène. Il est actuellement, le plus expérimenté de tous. C’est lui le formateur, il a fait Touadera. Il a connu le gros temps, il a changé. C’est plus courageux que tout. Autant dire, que les magouilles politiques infâmes ne pourront jamais l’atteindre. Parce que cet homme, les critiques le mettent en forme. Depuis son retour au pays, c’est au pas de charge qu’il s’est engagé. Et qu’il va à la victoire. Pour lui, c’est l’heure de la reconquête du pouvoir.

Le président François Bozizé n’est pas logé à la même enseigne que ceux qui ont échoué. Il se démarque. La fonction présidentielle lui sied à merveille. Il sait d’où, il vient et même où il va. L’exubérance du président François Bozizé, malgré toutes les épreuves qu’il a endurées, du fait de l’exil, illustre sa fougue et sa combativité.  « Baba ti a  moléngué a ga awé», « le père de la Nation est de retour », il va tout simplement reprendre son fauteuil. L’audace et l’intelligence l’ont fait revenir dans son pays. Il assume ses erreurs et son choix de revenir dans le jeu politique. Il pense au futur, il veut le bâtir. Les Centrafricains sont sous le charme de ce président qu’ils admirent tant, et qui est capable de leur apporter beaucoup plus aujourd’hui. François Bozizé est bien dans son élément. Cette fois-ci, il joue son baroud d’honneur pour son pays. Le destin veille aux choses.

Maurice Délévoye

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close